le blog de Richard Péan TN

Politique

posté le 03-10-2011 à 22:28:55

TOURISME : A LA RECHERCHE DE NOUVEAUX PROMOTEURS

Depuis une trentaine d’années, des professionnels avisés du tourisme tunisien ont joué les Cassandre (dans l’indifférence générale) en prévoyant à terme la chute inévitable de l’hôtellerie balnéaire pour des raisons multiples évoquées lors d’innombrables colloques, conférences et séminaires.

Nous constatons aujourd’hui à quel point ils avaient raison et que le seul tourisme balnéaire, comme toute monoculture, est sensible au moindre séisme interne (14 janvier) ou externe (Irak 91, Libye 2011), donc dangereuse pour l’économie d’un pays.

 

Les professionnels tunisiens avisés, les nombreux cabinets-conseils étrangers et même les politiques (pour faire moderne et être à la mode) n’ont cessé de recommander un élargissement nécessaire vers le sport, le nautisme, l’écologie, le culturel. L’intérieur et le Sud pour tout dire, hélas sans résultat. Certes nous avons la thalasso, le golf, les cliniques et récemment les maisons d’hôtes, et même des hôtels de luxe, mais il s’agit toujours et encore d’immobilier ou de para-immobilier, or le tourisme c’est aussi et surtout de l’immatériel, c'est-à-dire du contenu: intellectuel, humain, social, historique, rural, environnemental, etc… avec le niveau de service y afférent et il faut avouer que dans ces domaines, nous éludons les questions. Pourquoi ? Il faut pour cela remonter dans le temps.

 

Bourguiba, dans les années 60, a le mérite (bien avant Hassan II au Maroc) d’inventer le tourisme en Tunisie et en excellent marketeur, il sait attirer l’élite politique française et les médias à leur suite. Devenue une destination à la mode, la Tunisie accueille les « people » de l’époque (Brigitte Bardot au Sahara Palace, Edgar Faure au Skanès Palace) et les grands du tourisme d’élite (le Club méditerranée au temps de sa splendeur, Hilton, Sheraton) et par contagion la classe moyenne française puis européenne. L’époque est favorable, Bourguiba est pro-occidental, la société de consommation bat son plein en Europe, l’hôtellerie est facile et rentable, les banques financent à tout va, l’avenir est radieux car l’offre tunisienne correspond parfaitement à la demande étrangère.

Il faut reconnaître qu’à l’époque, l’Etat joue un rôle déterminant dans ce succès, en tant que moteur (la SHTT), accompagnateur et soutien des promoteurs tunisiens qui se lancent alors, sans expérience et souvent sans capitaux, dans un monde inconnu, où bon nombre d’entre eux, ont parfaitement réussi.

 

Cependant la bonne époque à une fin et au début des années 80, l’achèvement de la station de Port El Kantaoui sonne déjà le glas du tourisme balnéaire. Que faire ? La clairvoyance politique pour redresser la barre est absente à la fin des années Bourguiba et elle disparaît complètement avec Ben Ali. Pire, celui-ci enfonce le clou de l’immobilier touristique balnéaire à des fins personnelles en créant l’improbable Yasmine Hammamet suivie de l’improbable Aéroport d’Enfidha. Pendant ce temps, certains hôteliers vont, dans le marasme ambiant, tenter et faute de diversifier leur offre, d’élargir la demande aux européens de l’Est, en souhaitant qu’ils soient moins pauvres que les européens de l’Ouest. Le résultat n’est toujours pas concluant. Que faire ?

 

Le 14 Janvier est un événement dont la résonnance mondiale est plus importante que l’indépendance de 56. Jamais dans son histoire, la Tunisie n’a reçu autant de sommités venus des 4 coins de la terre l’assurer de leur admiration, de leur sympathie et de leur soutien y compris financier.

Désormais la Tunisie est non seulement le premier pays arabe et musulman à avoir accompli une révolution démocratique rapidement et sans bain de sang, mais elle a suscité des émules dans le reste du monde arabe. La Tunisie est un modèle et un laboratoire de la démocratie. Ce précieux capital s’adresse aux élites étrangères qui évoluent dans le monde politique, les médias, et les affaires, mais il atteint également bon nombre d’intellectuels ou simplement de personnes bien informées. En revanche, l'européen ordinaire qui est le client standard du balnéaire se contente du soleil, de la plage, pour pas cher et dans la sécurité. La politique ne l’intéresse pas.

 

Nous savons tous que les difficultés actuelles du tourisme tunisien ne proviennent pas seulement de la révolution du 14 janvier qui démontre au contraire mois après mois, de son sens des responsabilités et de l’intérêt de l’Etat. Le réel problème est l'issue définitive de la guerre en Libye, ses 25 000 morts, ses nombreux réfugiés, ses boat-people, son danger de partition, son inexpérience politique, ses stocks d’armes en circulation et … sa proximité avec la Tunisie. La question libyenne réglée ce qui ne saurait tarder, le balnéaire tunisien reprendra quelques couleurs.

 

Mais la défaillance structurelle du tourisme tunisien subsiste et l’épreuve que nous traversons doit servir d’électrochoc. Quid de la nouvelle clientèle politisée dont nous avons évoqué plus haut l’existence, généralement aisée, mondialisée, intellectuelle, courageuse, ouverte, disponible et qui nous veut du bien? Va-t-on lui proposer l’an prochain un séjour banal à Hammamet, à Sousse ou à Djerba, pour quoi faire?, se baigner?, c’est peu comparé à Cuba, au Mexique, aux Maldives ou, sans aller très loin, à l’Egypte, à la Turquie ou même à la Croatie. On veut bien nous aimer certes, mais comme le dit Georges Clooney dans la publicité Nexpress « What Else? » Quoi d’autre?

 

Or nous avons l’intérieur et le Sud avec leurs richesses largement inconnues des tunisiens comme des étrangers. Si la côte possède la mer, la plage, les palmiers et la culture arabe ce qui est bien, l’intérieur et le Sud détiennent la nature, la culture (préhistorique, antique, berbère et arabe), les paysages, les traditions (rurales et nomades), ce qui est bien aussi. En somme une Tunisie profonde et authentique, à laquelle les tunisiens du littoral doivent beaucoup pour leur libération inattendue et dont elle pourrait attendre légitimement un retour d’ascenseur.

 

Comme le disait si justement Wahid Ibrahim, ex Directeur Général de l’ONTT il y a un an et demi dans son ouvrage sur le tourisme tunisien « Après avoir développé le tourisme face à la mer nous devons le faire dos à la mer » En effet, un cavalier, un chasseur, un trekkeur, un amateur d'archéologie médecin, avocat ou ingénieur de son état, qui part en randonnée avec ses amis dans la région de Testour, du Kef, de Makthar ou de Sejenane appartient à un type de client aventurier et à haut revenu, qui de surcroit n’est pas peureux parce qu’il a l’habitude des voyages et de la découverte.

 

Mais vient immédiatement à l’esprit la question de l’hébergement. Oui il y a un problème de sous-équipement chronique au niveau hôtelier qui bloque le développement du tourisme intérieur et un peu moins au Sud, mais ce n’est pas le seul. Lorsqu’on parle de tourisme culturel ou rural, encore faut-il qu’il y ait fusion entre les ministères concernés du tourisme et de la culture ou du tourisme et de l’agriculture et non pas indifférence systématique. Il faut également et surtout trouver des promoteurs-pionniers dans ce nouveau tourisme et ils ne sont pas légion! Car la côte, même sinistrée, reste pour beaucoup un miroir aux alouettes.

 

Cependant et grâce à la démocratisation, les obstacles majeurs ou inhibiteurs ont disparus. Nous découvrons subitement et notamment dans la jeunesse des réserves d’intelligence, de lucidité et d’énergie que nous croyions définitivement broyées dans le mehrez du Benalisme. C’est peut-être chez ces jeunes, étonnamment éduqués, familiers de l’immatériel, éveillés au monde et informés de tout, qu’apparaîtront ces pionniers que nous attendons. Ils auront probablement et c’est déjà le cas, des ministres et une administration compétente à même de les comprendre et de les aider à réaliser leurs projets hors standard.   

 

Ainsi l’Etat, aujourd’hui comme à l’époque de Bourguiba pour le tourisme balnéaire, a le devoir pendant cette période de remise à plat, d’encourager et de faciliter le tourisme de l’intérieur et du sud dans toutes ses composantes, pour en faire une soupape de sécurité en période difficile et un avenir complémentaire au tourisme balnéaire. Il peut favoriser le retour de la bonne clientèle que nous avons connu dans les années 60 et qui ne demande qu’à revenir, mais dans un autre esprit auquel nous devons nous adapter avec tact et compétence, c'est-à-dire avec professionnalisme.

 

L’époque a changé et les clients aisés d’aujourd’hui sont plus exigeants que ceux d’hier, ils connaissent le monde et il faut travailler d’avantage pour se hisser au niveau de nos concurrents qui ont pris une longueur d’avance et que nos futurs clients connaissent bien.

Le temps de l’autosatisfaction teinté d’amateurisme est terminé et le « long fleuve tranquille » du balnéaire est à sec depuis une bonne dizaine d’années. Il y a urgence de renouvellement et obligation de résultat. Désormais, il n’y a plus d’excuses "politiques" à l’inaction. Les moyens intellectuels sont disponibles, c'est-à-dire la capacité d’analyse, mais aussi, le courage et la liberté de parole. Au final, tout dépend du volontarisme de l’Etat pour avancer dans ce domaine vital pour l’économie du pays.

 

 

Richard Péan

 


 
 
posté le 19-08-2011 à 19:36:26

ELECTIONS DU 24/10: UN SAUT DANS L'INCONNU

Force est de constater que le gouvernement provisoire de BCE, est parvenu jusqu'à présent à gérer tant bien

que mal une Tunisie post-révolutionnaire avec pour voisin immédiat une Libye engagée dans une guerre révolutionnaire impitoyable accompagnée de son cortège de réfugiés.

 Au terme de 6 mois et demi de gouvernement, des actions irréversibles souvent redressées et accélérées par

la rue sont en cours pour rompre définitivement avec la dictature et la corruption d'Etat, assainir les administrations et moraliser le climat général. Entretemps, deux comités (les hautes instances) se chargent de préparer l'avenir démocratique du pays avec un premier résultat en demi teinte de 55% d'inscrits sur les listes électorales. En fond de tableau, le taux de croissance de l'économie chute à - 3% et la note des agences de rating est abaissée ce qui est inévitable. Cela dit, le pays fonctionne normalement sans coupure d'eau, ni de gaz ou d'électricité, sans pénurie d'essence ou de produits alimentaires. Tout est disponible depuis 7 mois y compris pendant ce mois de ramadan, non seulement pour les tunisiens, mais aussi pour les dizaines de milliers de libyens réfugiés mois après mois dans le sud et ces derniers temps de plus en plus à Tunis.

 

Maintenant les élections se profilent à l'horizon. Encore 2 mois et demi et le peuple tunisien "se connaîtra lui-même" comme le disait Socrate à tout homme qu'il rencontrait. Au fond et c'est très angoissant, nous n'avons strictement aucune idée des pensées secrètes du tunisien et de la tunisienne en matière politique et ce n'est pas les instituts de sondages inexpérimentés qui fleurissent ça et là qui pourront nous aider. Après 2500 ans de dictature (et non pas 50 ans seulement), la grille de lecture est malheureusement illisible. Qu'en est-il  des ressentiments cumulés, des ambitions déçues ou d'une indifférence enracinée,? Que dire à propos du sentiment de liberté, de l'éducation du peuple, de sa culture, de sa religion, de sa morale, du respect de l'autre, du patriotisme? En somme existe-il une volonté démocratique populaire?, on peut le souhaiter, mais il faut pourtant admettre que le tunisien est conservateur par nature et qu'il adopte difficilement les idées nouvelles (modernité), alors qu'il s'adapte rapidement à la société et aux biens de consommation (modernisation). Il y a donc de quoi s'inquiéter car précisément, la démocratie est un système politique mal connu de la majorité de la population, tandis que la tyrannie (pour employer la terminologie antique) est une normalité ancestrale. De surcroît, le profond attachement des tunisiens à l'islam est une donnée fondamentale que le bourguibisme lui-même n'est pas parvenu à atténuer.

Nous avons donc à prendre en compte des "pesanteurs sociologiques" qu'il serait dangereux d'ignorer. Dans ces conditions, trois forces sont en présence: la première rassemble les indifférents aux affaires publiques pour des raisons diverses et qui se traduira nécessairement par une abstention significative; la seconde représente la tradition autoritaire à caractère politique (partis ex RCD) et à caractère religieuse (Ennadha), tandis que la troisième force incarne le renouveau démocratique dont l'idéologie est malgré tout étrangère à la culture tunisienne (PDP, FDTL).

 

En analysant de plus près, on peut supposer que la génération spontanée des ex partis RCD privés de leurs

patrons et plombés par les arrestations, les procès, les interdictions de voyager et le mépris populaire sont voués au délitement. Par contre Ennadha bien qu'absent du processus révolutionnaire, dispose de plusieurs atouts: d'abord le monopole revendiqué de la foi et le projet d'une traduction dans la société civile et politique, ce qui est immédiatement compréhensible pour les âmes les plus simples; en second lieu la participation à la lutte contre la dictature de Bourguiba et de Ben Ali; en troisième lieu l'incarnation d'une purification religieuse après tant d'années de corruption généralisée. Restent les démocrates dont le combat contre la dictature remonte aux premières dérives du bourguibisme (MDS) et n'a jamais cessé depuis lors.  Ils se recrutent essentiellement parmi l'élite intellectuelle formée sous Bourguiba, dans une large frange de la classe moyenne citadine éduquée à la fois sous Bourguiba et malgré tout sous Ben Ali et enfin dans la jeunesse toutes origines confondues, qui a tant surpris les adultes par sa maturité politique, son désir de liberté et de justice, son sens du sacrifice, et l'envie de construire une Tunisie ouverte sur le monde.

 

Les élections du 24 octobre opposent donc les forces traditionnelles à dominante religieuse associées probablement aux débris du RCD, ce qui ne serait pas surprenant, à celles de l'avenir incarnées par la jeunesse, les intellectuels, la classe moyenne et peut-être une partie des hommes d'affaires et des industriels éclairés.

Ces élections se dérouleront sous la haute surveillance du monde arabe, du monde musulman et du monde entier tout court. Il n'est d'ailleurs pas certain que les tunisiens se rendent réellement compte d'être à la fois les auteurs et les acteurs d'une expérience unique dans leur histoire et de proposer, si tout va bien, un modèle arabe vers la démocratie. Certes rien n'est gagné d'avance, il est même possible que la démocratie ne l'emporte que d'une courte tête, cela n'a pas d'importance, le pas vers la modernité sera franchit.

 


Commentaires

 

1. 2000  le 01-09-2011 à 23:40:58  (site)

Bravo! Je suis totalement d'accord avec vous!smiley_id117208

2. juyitrade1  le 16-09-2011 à 05:47:44

http://www.femmessandale.com/

http://femmes441.blogspot.com/
http://pumachaussureshommes-femmessandale.blogspot.com/
http://womensshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://coachshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://chaussurespradafemmes-femmessandale.blogspot.com/
http://discountyvessaintlaurentpumpsenligne.blogspot.com/
http://mbtchaussureshommes-femmessandale.blogspot.com/
http://femmessandale-cheapdiorsandal.blogspot.com/
http://cheapnikeshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://www.femmessandale.com/

http://femmessandale-femmessandale.blogspot.com/
http://femmessandale-bottestimberlandfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-chaussurescoachfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-chaussurespradafemmes.blogspot.com/
http://femmesairmax.blogspot.com/
http://femmessandale-nikedunksfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-nikeshoxfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-pumachaussuresfemmes.blogspot.com/
http://www.femmessandale.com/

http://femmes441.blogspot.com/
http://pumachaussureshommes-femmessandale.blogspot.com/
http://womensshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://coachshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://chaussurespradafemmes-femmessandale.blogspot.com/
http://discountyvessaintlaurentpumpsenligne.blogspot.com/
http://mbtchaussureshommes-femmessandale.blogspot.com/
http://femmessandale-cheapdiorsandal.blogspot.com/
http://cheapnikeshoes-femmessandale.blogspot.com/
http://www.femmessandale.com/

http://femmessandale-femmessandale.blogspot.com/
http://femmessandale-bottestimberlandfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-chaussurescoachfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-chaussurespradafemmes.blogspot.com/
http://femmesairmax.blogspot.com/
http://femmessandale-nikedunksfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-nikeshoxfemmes.blogspot.com/
http://femmessandale-pumachaussuresfemmes.blogspot.com/

3. 2000  le 25-09-2011 à 16:29:47  (site)

c'est quoi sa ?smiley_id239863

 
 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article